Tusculan

Grec  >  Langue

Il pleut depuis la mort de ma mère. (Shimazaki, Tsubaki (Le Poids des secrets - 1))

Programmes Méthodes Langue Civilisation Bibliothèque Liens

L’alphabet grec

Les Grecs avaient (et ont toujours) un alphabet emprunté au peuple phénicien qu’ils ont adapté en supprimant quelques signes inutiles, en en transformant d’autres pour noter les voyelles et en en ajoutant d’autres, notamment les quatre derniers. Les formes des lettres se sont peu à peu normalisées pour aboutir à celles que nous connaissons. Les Grecs ont donc à leur disposition 24 lettres qu’ils ont d’abord écrites en majuscules :

Α Β Γ Δ Ε Ζ Η Θ Ι Κ Λ Μ Ν Ξ Ο Π Ρ Σ Τ Υ Φ Χ Ψ Ω

Les majuscules étaient utilisées pour graver sur la pierre, les minuscules étaient plus pratiques pour rédiger sur un support plus souple (papyrus), et elles sont plus lisibles pour nous autres modernes !

α β (ϐ) γ δ ε ζ η θ ι κ λ μ ν ξ ο π ρ σ (ς) τ υ φ χ ψ ω

On notera que β et ϐ d’une part, et σ et ς d’autre part, représentent la même lettre, ς étant utilisée en fin de mot et β étant réservée à l’initiale (mais cette dernière distinction concerne surtout les éditions françaises, les autres ayant exclusivement recours à β).

Les lettres du grec et leur prononciation

Tout d’abord quelques mots sur les prononciations du grec. Nous ne possédons bien sûr aucun enregistrement de l’Antiquité ; de plus, cette prononciation a évolué (tout comme la langue elle-même) depuis les premiers siècles de la civilisation hellélénique jusqu’à aujourd’hui, (puisque le grec est toujours parlé), de même que les Français du XXIe siècle ne parlent plus comme Rabelais ! La questions se pose de savoir comment prononcer le grec qu’on étudie... Par tradition, on use, pour le grec ancien, d’une prononciation dite « restituée ». Le grec moderne se prononce différemment !

J’ai indiqué, dans ce tableau comme ci-dessus, la prononciation selon l’Alphabet Phonétique International entre crochets [], mais il est possible que l’affichage ne soit pas correct pour des raisons d’encodage ou de police.

lettres noms prononciation exemple grec équivalent français
Α α alpha [a] δι [dia] la [la]
Β β/ϐ bêta [b] βιϐλίον [bibliɔn] bébé [bebe]
Γ γ gamma [g] ou [ŋ] γάρ [gar], ἄγγελλος [aŋgellos], γνώμη [gnomε] (en grec, le γ n’a jamais le son [ʒ], ni [ɲ], comme dans le français gêne [ʒεn] et agneau [aɲo]) gare [gaR], gué [ge]
Δ δ delta [d] δέ [de] dé [de]
Ε ε epsilon [e] ou [ε] (bref) πί [epi], μν [mεn] été [ete], mer [mεR]
Ζ ζ dzêta [zd] ou [zd] ζωή [dzoe] tziganne [dzigan]
Η η êta [ε] (long) μ [mε] paix [pε]
Θ θ thêta [t] (aspiré) θεός [teᴐs] tas [ta], thé [te]
Ι ι iota [i] τι [ti] mi [mi]
Κ κ kappa [k] κακία [kakia] café [kafe], cueillir [kœjiR], koala [koala]
Λ λ lambda [l] γάλα [gala] gala [gala]
Μ μ Mu [m] μέλι [meli], ἀμφι [amfi] (en grec, le μ se prononce toujours distinctement, jamais comme dans le français tomber [tõbe]) ma [ma]
Ν ν nu [n] νν [nun], ἀντί [anti] (en grec, le ν se prononce toujours distinctement, jamais comme dans le français monter [mõte]) ni [ni]
Ξ ξ ksi [ks] ξks], ἔξω [ekso] (en grec, le ξ n’a jamais le son [gz], comme dans le français exercice [egzεRsis]) axe [aks], excès [εksε]
Ο ο omicron [o] ou [ɔ] (bref) ἔθος [etɔs], τδε [tode] mot [mo], mort [mɔR]
Π π pi [p] πατήρ [patεr] père [pεR]
Ρ ρ rhô [r] πρό [pro] (en grec, le r était, semble-t-il, roulé  ; il est plus simple de le prononcer à la française) rat [Ra]
Σ σ/ς sigma [s] σς [sɔs], φάσις [fasis] (en grec, le σ n’a jamais le son [z]) fausse [fos], sel [sεl], cité [site]
Τ τ tau [t] τά [ta] tôt [to]
Υ υ upsilon [y] δυό [dyo] (en grec, l’υ n’a jamais le son [i], comme dans le français hymne [imn]) duo [dyo]
Φ φ phi [f] ([p] aspiré) φῶς [fos] fer [fεr], philosophie [filozofi]
Χ χ khi [k] (aspiré) χρῶμα [kroma] chrome [krom]
Ψ ψ psi [ps] ψυχή [psykε] pseudonyme [psødonim]
Ω ω oméga [] (long) λύω [lyo] pot [po]

Quelques remarques :

Les diacritiques

Évoquons maintenant les signes diacritiques qui apparaissent autour de certaines lettres de l’alphabet. Ces symboles ont été créés bien plus tard que les lettres de l’alphabet pour faciliter la lecture des étrangers à la langue grecque. On en distingue 3 sortes :

La ponctuation

Pour terminer, quelques mots sur la ponctuation. Les signes de ponctuation étaient moins nombreux qu’aujourd’hui et légèrement différents. Pas de guillemets, par exemple, ni de point d’exlamation. Seuls 4 signes existaient : la virgule et le point avaient la même fonction qu’aujourd’hui, le point-virgule était utilisé pour marquer l’interrogation (en lieu et place de notre point d’interrogation), enfin un signe appelé point en haut remplaçait notre point-virgule et nos deux points (il s’agissait d’un point-virgule sans virgule ·).


retour Retour en haut de la page      retour Retour à la page d’accueil

Valid XHTML 1.0!      Valid CSS 2!