Tusculan

Le texte de la semaine

Le poète est l’archet divin ! (Hugo, « Fonction du poète », Les Rayons et les Ombres)



Dans cette rubrique, j’ai choisi de faire découvrir un nouveau texte littéraire chaque semaine (ou de façon plus ou moins régulière selon mes disponibilités), accompagné de quelques remarques contextuelles :

oiseau à gorge bleue

Le 24 novembre 2014

Enquête sur le chien de la reine

 

Un jour, se promenant auprès d’un petit bois, il vit accourir à lui un eunuque de la reine, suivi de plusieurs officiers qui paraissaient dans la plus grande inquiétude, et qui couraient çà et là comme des hommes égarés qui cherchent ce qu’ils ont perdu de plus précieux. « Jeune homme, lui dit le premier eunuque, n’avez-vous point vu le chien de la reine ? » Zadig répondit modestement : « C’est une chienne, et non pas un chien. – Vous avez raison, reprit le premier eunuque. – C’est une épagneule très-petite, ajouta Zadig ; elle a fait depuis peu des chiens ; elle boite du pied gauche de devant, et elle a les oreilles très-longues. – Vous l’avez donc vue ? dit le premier eunuque tout essoufflé. – Non, répondit Zadig, je ne l’ai jamais vue, et je n’ai jamais su si la reine avait une chienne. »

[...]

Le grand veneur et le premier eunuque ne doutèrent pas que Zadig n’eût volé le cheval du roi et la chienne de la reine ; ils le firent conduire devant l’assemblée du grand Desterham, qui le condamna au knout, et à passer le reste de ses jours en Sibérie. À peine le jugement fut-il rendu qu’on retrouva le cheval et la chienne. Les juges furent dans la douloureuse nécessité de réformer leur arrêt ; mais ils condamnèrent Zadig à payer quatre cents onces d’or, pour avoir dit qu’il n’avait point vu ce qu’il avait vu. Il fallut d’abord payer cette amende ; après quoi il fut permis à Zadig de plaider sa cause au conseil du grand Desterham ; il parla en ces termes :

« Étoiles de justice, abîmes de science, miroirs de vérité, qui avez la pesanteur du plomb, la dureté du fer, l’éclat du diamant, et beaucoup d’affinité avec l’or, puisqu’il m’est permis de parler devant cette auguste assemblée, je vous jure par Orosmade, que je n’ai jamais vu la chienne respectable de la reine, ni le cheval sacré du roi des rois. Voici ce qui m’est arrivé : je me promenais vers le petit bois où j’ai rencontré depuis le vénérable eunuque et le très-illustre grand veneur. J’ai vu sur le sable les traces d’un animal, et j’ai jugé aisément que c’étaient celles d’un petit chien. Des sillons légers et longs, imprimés sur de petites éminences de sable entre les traces des pattes, m’ont fait connaître que c’était une chienne dont les mamelles étaient pendantes, et qu’ainsi elle avait fait des petits il y a peu de jours. D’autres traces en un sens différent, qui paraissaient toujours avoir rasé la surface du sable à côté des pattes de devant, m’ont appris qu’elle avait les oreilles très-longues ; et comme j’ai remarqué que le sable était toujours moins creusé par une patte que par les trois autres, j’ai compris que la chienne de notre auguste reine était un peu boiteuse, si je l’ose dire.

Voltaire, Zadig, ou la Destinée, chapitre III

Ce texte est assez long, et remarquable par la façon dont Voltaire propose un éloge de la connaissance et une satire de la justice arbitraire, mais surtout il s’agit là d’une véritable enquête, certes involontaire, mais qui s’appuie sur des indices, comme l’on peut en trouver aujourd’hui dans des romans ou séries à succès.

retour au menuRetour au menu

baies rouges

Le 17 novembre 2014

Tirade sur l’égalité

 

Cependant le respect est un sot ; finissons, Monsieur Sorbin, qui êtes élu, mari, maître et chef de famille ; tout cela est bel et bon ; mais écoutez-moi pour la dernière fois, cela vaut mieux : nous disons que le monde est une ferme, les dieux là-haut en sont les seigneurs, et vous autres hommes, depuis que la vie dure, en avez toujours été les fermiers tout seuls, et cela n’est pas juste, rendez-nous notre part de la ferme ; gouvernez, gouvernons ; obéissez, obéissons ; partageons le profit et la perte ; soyons maîtres et valets en commun ; faites ceci, ma femme ; faites ceci, mon homme ; voilà comme il faut dire, voilà le moule où il faut jeter les lois, nous le voulons, nous le prétendons, nous y sommes butées ; ne le voulez-vous pas ? Je vous annonce, et vous signifie en ce cas, que votre femme, qui vous aime, que vous devez aimer, qui est votre compagne, votre bonne amie et non pas votre petite servante, à moins que vous ne soyez son petit serviteur, je vous signifie que vous ne l’avez plus, qu’elle vous quitte, qu’elle rompt ménage et vous remet la clef du logis ; j’ai parlé pour moi ; ma fille, que je vois là-bas et que je vais appeler, va parler pour elle. Allons, Lina, approchez, j’ai fait mon office, faites le vôtre, dites votre avis sur les affaires du temps.

Marivaux, La Colonie, scène 14

Dans La Colonie, Marivaux imagine une île où les femmes réclament une part au moins égale à celle des hommes dans l’éboration de lois communes – nous sommes en 1750.

retour au menuRetour au menu

falaises

Le 10 novembre 2014

III - Pantoum négligé

 

Trois petits pâtés, ma chemise brûle.

Monsieur le curé n’aime pas les os.

Ma cousine est blonde, elle a nom Ursule,

Que n’émigrons-nous vers les Palaiseaux.

 

Ma cousine est blonde, elle a nom Ursule.

On dirait d’un cher glaïeul sur les eaux

Vivent le muguet et la campanule !

Dodo, l’enfant do, chantez, doux fuseaux.

 

Que n’émigrons-nous vers les Palaiseaux.

Trois petits pâtés, un point et virgule ;

On dirait d’un cher glaïeul sur les eaux ;

Vivent le muguet et la campanule.

 

Trois petits pâtés, un point et virgule

Dodo, l’enfant do, chantez, doux fuseaux.

La libellule erre emmi les roseaux.

Monsieur le Curé, ma chemise brûle.

Verlaine, Jadis et Naguère, » Jadis », « À la manière de plusieurs »

Un « pantoum » est un poème de forme particulière (Baudelaire en a aussi écrit un célèbre) qui reprend des vers d’une stophe dans la strophe suivante. Verlaine s’amuse ici à ne pas respecter strictement les règles, à mélanger les vers, à utiliser des noms (Ursule) ou sonorités peu courants ou familiers (dodo) – on notera enfin le subtil archaïsme « emmi » (qui signifie « parmi, au milieu de »).

retour au menuRetour au menu

papillon noir

Le 3 novembre 2014

incipit du Médecin de campagne

 

En 1829, par une jolie matinée de printemps, un homme âgé d’environ cinquante ans suivait à cheval un chemin montagneux qui mène à un gros bourg, situé près de la Grande-Chartreuse. Ce bourg est le chef-lieu d’un canton populeux circonscrit par une longue vallée. Un torrent à lit pierreux souvent à sec, alors rempli par la fonte des neiges, arrose cette vallée serrée entre deux montagnes parallèles, que dominent de toutes parts les pics de la Savoie et ceux du Dauphiné. Quoique les paysages compris entre la chaîne des deux Mauriennes aient un air de famille, le canton à travers lequel cheminait l’étranger présente des mouvements de terrain et des accidents de lumière qu’on chercherait vainement ailleurs. Tantôt la vallée subitement élargie offre un irrégulier tapis de cette verdure que les constantes irrigations dues aux montagnes entretiennent si fraîche et si douce à l’œil pendant toutes les saisons. Tantôt un moulin à scie montre ses humbles constructions pittoresquement placées, sa provision de longs sapins sans écorce, et son cours d’eau pris au torrent et conduit par de grands tuyaux de bois carrément creusés, d’où s’échappe par les fentes une nappe de filets humides. Çà et là, des chaumières entourées de jardins pleins d’arbres fruitiers couverts de fleurs réveillent les idées qu’inspire une misère laborieuse. Plus loin, des maisons à toitures rouges, composées de tuiles plates et rondes semblables à des écailles de poisson, annoncent l’aisance due à de longs travaux. Enfin au-dessus de chaque porte se voit le panier suspendu dans lequel sèchent les fromages. Partout les haies, les enclos sont égayés par des vignes mariées, comme en Italie, à de petits ormes dont le feuillage se donne aux bestiaux. Par un caprice de la nature, les collines sont si rapprochées en quelques endroits qu’il ne se trouve plus ni fabriques, ni champs, ni chaumières.

Balzac, Le Médecin de campagne

Le Médecin de campagne est un roman relativement bref de Balzac, mais le roman commence, comme souvent, par une longue évocation des lieux, dans laquelle le rythme et la longueur des phrases accompagnent le relief et les éléments décrits.

retour au menuRetour au menu

champ

Le 27 octobre 2014

Les Ponts

 

Des ciels gris de cristal. Un bizarre dessin de ponts, ceux-ci droits, ceux-là bombés, d’autres descendant ou obliquant en angles sur les premiers, et ces figures se renouvelant dans les autres circuits éclairés du canal, mais tous tellement longs et légers que les rives, chargées de dômes s’abaissent et s’amoindrissent. Quelques-uns de ces ponts sont encore chargés de masures. D’autres soutiennent des mâts, des signaux, de frêles parapets. Des accords mineurs se croisent, et filent, des cordes montent des berges. On distingue une veste rouge, peut-être d’autres costumes et des instruments de musique. Sont-ce des airs populaires, des bouts de concerts seigneuriaux, des restants d’hymnes publics ? L’eau est grise et bleue, large comme un bras de mer. – Un rayon blanc, tombant du haut du ciel, anéantit cette comédie.

Rimbaud, Illuminations

Les Illuminations sont un recueil poétique alliant imaginaire et modernité comme dans ce poème en prose où l’architecture urbaine dessine une portée musicale.

retour au menuRetour au menu

pissenlit

Le 20 octobre 2014

Cythère

 

Un pavillon à claires-voies

Abrite doucement nos joies

Qu’éventent des rosiers amis ;

 

L’odeur des roses, faible, grâce

Au vent léger d’été qui passe,

Se mêle aux parfums qu’elle a mis ;

 

Comme ses yeux l’avaient promis,

Son courage est grand et sa lèvre

Communique une exquise fièvre ;

 

Et l’Amour comblant tout, hormis

La Faim, sorbets et confitures

Nous préservent des courbatures.

Verlaine, Fêtes galantes

Verlaine rend ici hommage à l’île consacée, selon les Grecs de l’antiquité, à Aphrodite, la déesse de l’amour et du désir (la Vénus des Romains). L’atmosphère est sensuelle (les sensations y sont bien présentes), agréable et s’inscrit dans l’assimilation traditionnelle de la femme à une rose.

retour au menuRetour au menu

montagne enneigée

Le 13 octobre 2014

Sur l’eau (extrait)

 

Le fleuve était parfaitement tranquille, mais je me sentis ému par le silence extraordinaire qui m’entourait. Toutes les bêtes, grenouilles et crapauds, ces chanteurs nocturnes des marécages, se taisaient. Soudain, à ma droite, contre moi, une grenouille coassa. Je tressaillis : elle se tut ; je n’entendis plus rien, et je résolus de fumer un peu pour me distraire. Cependant, quoique je fusse un culotteur de pipes renommé, je ne pus pas ; dès la seconde bouffée, le cœur me tourna et je cessai. Je me mis à chantonner ; le son de ma voix m’était pénible ; alors, je m’étendis au fond du bateau et je regardai le ciel. Pendant quelque temps, je demeurai tranquille, mais bientôt les légers mouvements de la barque m’inquiétèrent. Il me sembla qu’elle faisait des embardées gigantesques, touchant tour à tour les deux berges du fleuve ; puis je crus qu’un être ou qu’une force invisible l’attirait doucement au fond de l’eau et la soulevait ensuite pour la laisser retomber. J’étais ballotté comme au milieu d’une tempête ; j’entendis des bruits autour de moi ; je me dressai d’un bond : l’eau brillait, tout était calme.

Maupassant, Sur l’eau

Ce paragraphe illustre la manière subtile dont use Maupassant pour introduire le lecteur dans le registre fantastique : nous sommes dans le réel, sur une eau tranquille et des éléments sensoriels étranges viennent troubler le monde connu et perturber personnage et lecteur.

retour au menuRetour au menu

désert

Le 6 octobre 2014

L’amour d’Attila

 

Ah ! Vous me charmez trop, moi de qui l’âme altière

Cherche à voir sous mes pas trembler la terre entière :

Moi qui veux pouvoir tout, sitôt que je vous voi,

Malgré tout cet orgueil, je ne puis rien sur moi.

Je veux, je tâche en vain d’éviter par la fuite

Ce charme dominant qui marche à votre suite :

Mes plus heureux succès ne font qu’enfoncer mieux

L’inévitable trait dont me percent vos yeux.

Un regard imprévu leur fait une victoire ;

Leur moindre souvenir l’emporte sur ma gloire :

Il s’empare et du cœur et des soins les plus doux ;

Et j’oublie Attila, dès que je pense à vous.

Que pourrai-je, madame, après que l’hyménée

Aura mis sous vos lois toute ma destinée ?

Quand je voudrai punir, vous saurez pardonner ;

Vous refuserez grâce où j’en voudrai donner ;

Vous envoierez la paix où je voudrai la guerre ;

Vous saurez par mes mains conduire le tonnerre ;

Et tout mon amour tremble à s’accorder un bien

Qui me met en état de ne pouvoir plus rien.

Corneille, Attila, acte II, scène 5

Cet extrait de tirade prononcée par Attila (qui donne son nom à la piè) peut sembler inattendu, étant donné la réputation de cruauté du personnage, mais un Attila qui parle d’amour est bien un héros tragique qui doit notamment choisir entre deux femmes et reconnaî ici sa faiblesse devant Ildione.

retour au menuRetour au menu

clou

Le 29 septembre 2014

Waterloo

 

Quelle que soit la combinaison des généraux, le choc des masses armées a d’incalculables reflux ; dans l’action, les deux plans des deux chefs entrent l’un dans l’autre et se déforment l’un par l’autre. Tel point du champ de bataille dévore plus de combattants que tel autre, comme ces sols plus ou moins spongieux qui boivent plus ou moins vite l’eau qu’on y jette. On est obligé de reverser là plus de soldats qu’on ne voudrait. Dépenses qui sont l’imprévu. La ligne de bataille flotte et serpente comme un fil, les traânées de sang ruissellent illogiquement, les fronts des armées ondoient, les régiments entrant ou sortant font des caps ou des golfes, tous ces écueils remuent continuellement les uns devant les autres ; où était l’artillerie, accourt la cavalerie ; les bataillons sont des fumées. Il y avait là quelque chose, cherchez, c’est disparu ; les éclaircies se déplacent ; les plis sombres avancent et reculent ; une sorte de vent du sépulcre pousse, refoule, enfle et disperse ces multitudes tragiques. Qu’est-ce qu’une mêlée ? une oscillation. L’immobilité d’un plan mathématique exprime une minute et non une journée. Pour peindre une bataille, il faut de ces puissants peintres qui aient du chaos dans le pinceau ; Rembrandt vaut mieux que Vandermeulen. Vandermeulen, exact à midi, ment à trois heures. La géométrie trompe ; l’ouragan seul est vrai.

Hugo, Les Misérables, IIe partie, livre 1er, chapitre 5

Ce court extrait de l’illustre évocation de la bataille de Waterloo dans les Misérables met en évidence l’ampleur de la bataille, les forces qui s’y affrontent et en même temps une sorte d’esthétisme.

retour au menuRetour au menu

rochers sur une plage

Le 22 septembre 2014

Le songe d’Athalie

 

C’était pendant l’horreur d’une profonde nuit.

Ma mère Jézabel devant moi s’est montrée,

Comme au jour de sa mort pompeusement parée.

Ses malheurs n’avaient point abattu sa fierté ;

Même elle avait encor cet éclat emprunté

Dont elle eut soin de peindre et d’orner son visage,

Pour réparer des ans l’irréparable outrage.

« Tremble, m’a-t-elle dit, fille digne de moi’;

Le cruel Dieu des Juifs l’emporte aussi sur toi.

Je te plains de tomber dans ses mains redoutables,

Ma fille ». En achevant ces mots épouvantables,

Son ombre vers mon lit a paru se baisser ;

Et moi je lui tendais les mains pour l’embrasser,

Mais je n’ai plus trouvé qu’un horrible mélange

D’os et de chairs meurtris et traînés dans la fange,

Des lambeaux pleins de sang et des membres affreux

Que des chiens dévorants se disputaient entre eux.

Racine, Athalie, acte II, scène 5

Cet extrait de tirade rappelle combien la tragédie est censée susciter l’effroi chez le spectateur, non seulement dans un but cathartique et édifiant, mais aussi pour renforcer la tension dramatique de l’action.

retour au menuRetour au menu

route

Le 15 septembre 2014

De la couleur en peinture

 

L’artiste, qui prend de la couleur sur sa palette, ne sait pas toujours ce qu’elle produira sur son tableau. En effet, à quoi compare-t-il cette couleur, cette teinte sur sa palette ? À d’autres teintes isolées, à des couleurs primitives. Il fait mieux ; il la regarde où il l’a préparée, et il la transporte d’idée dans l’endroit où elle doit être appliquée. Mais combien de fois ne lui arrive-t-il pas de se tromper dans cette appréciation ! En passant de la palette sur la scène entière de la composition, la couleur est modiļ¬ée, affaiblie, rehaussée, et change totalement d’effet. Alors l’artiste tâtonne, manie, remanie, tourmente sa couleur. Dans ce travail, sa teinte devient un composé de diverses substances qui réagissent plus ou moins les unes sur les autres, et tôt ou tard se désaccordent.

Diderot, Essais sur la peinture

Diderot, davantage connu pour son rôle actif dans la rédaction et la publication de l’Encyclopédie et pour ses œuvres narratives et dramatiques, a aussi écrit des textes esthétiques et des analyses assez fines de peintures.

retour au menuRetour au menu

oranger

Le 8 septembre 2014

Mnaïs

 

Bergers, vous dont ici la chèvre vagabonde,

La brebis se traïnant sous sa laine féconde,

Au dos de la colline accompagnent les pas,

À la jeune Mnaïs rendez, rendez, hélas !

Par Cérès, par sa fille et la Terre sacrée,

Une grâce légère, autant que désirée.

Ah ! près de vous, jadis, elle avait son berceau,

Et sa vingtième année a trouvé le tombeau.

Que vos agneaux du moins viennent près de ma cendre

Me bêler les accents de leur voix douce et tendre,

Et païtre au pied d’un roc où d’un son enchanteur

La flûte parlera sous les doigts du pasteur.

Qu’au retour du printemps, dépouillant la prairie,

Des dons du villageois ma tombe soit fleurie ;

Puis d’une brebis mère et docile à sa main

En un vase d’argile il pressera le sein ;

Et sera chaque jour d’un lait pur arrosée

La pierre en ce tombeau sur mes mânes posée.

Morts et vivants, il est encor pour nous unir

Un commerce d’amour et de doux souvenir.

Chénier, Élégies

Ce poème extrait des Élégies rend hommage à une jeune fille morte et rappelle l’atmosphère pastorale de l’Antiquité dont l’auteur s’est si souvent inspiré.

retour au menuRetour au menu

ours

Le 1er septembre 2014

incipit de La Fille aux yeux d’or

 

Un des spectacles où se rencontre le plus d’épouvantement est certes l’aspect général de la population parisienne, peuple horrible à voir, hâve, jaune, tanné. Paris n’est-il pas un vaste champ incessamment remué par une tempête d’intérêts sous laquelle tourbillonne une moisson d’hommes que la mort fauche plus souvent qu’ailleurs et qui renaissent toujours aussi serrés, dont les visages contournés, tordus, rendent par tous les pores l’esprit, les désirs, les poisons dont sont engrossés leurs cerveaux ; non pas des visages, mais bien des masques : masques de faiblesse, masques de force, masques de misère, masques de joie, masques d’hypocrisie ; tous exténués, tous empreints des signes ineffaçables d’une haletante avidité ? Que veulent-ils ? De l’or, ou du plaisir ?

Balzac, La Fille aux yeux d’or

Ce début de roman place le lecteur dans une atmosphère mystérieuse et inquiétante, en même temps qu’il introduit le lieu de l’action, la ville de Paris, qu’il évoque par l’intermédiaire d’une présentation bien malsaine de ses habitants.

retour au menuRetour au menu

aube

Le 25 août 2014

Cassandre (début)

 

Elle est fille de roi. – Mais sa ville est en cendre.

Elle a droit à ce char et n’en veut pas descendre.

Depuis qu’on l’a saisie elle n’a point parlé.

Le marbre de Syrta, la neige de Thulé

N’ont pas plus de froideur que cette âpre captive.

Elle est à l’avenir formidable attentive.

Elle est pleine d’un dieu redoutable et muet ;

Le sinistre Apollon d’Ombos, qui remuait

Dodone avec le souffle et Thèbe avec la lyre,

Mêle une clarté sombre à son morne délire.

Elle a la vision des choses qui seront ;

Un reflet de vengeance est déjà sur son front ;

Elle est princesse, elle est pythie, elle est prêtresse,

Elle est esclave. étrange et lugubre détresse !

Elle vient sur un char, étant fille de roi.

Le peuple qui regarde aller, pâles d’effroi,

Les prisonniers pieds nus qu’on chasse à coups de lance,

Et qui rit de leurs cris, a peur de son silence.

Hugo, La Légende des siècles, VI, I

Ces paroles, extraites de l’épopée La Légende des siècles, sont prononcées par un chœur d’habitants d’Argos à propos de la jeune Cassandre, aimée d’Apollon et punie par celui-ci pour son refus : il donna à cette princesse troyenne (ici prisonnière des Grecs) le don de deviner l’avenir, mais de n’être jamais crue.

retour au menuRetour au menu

nocturne

Le 18 août 2014

Histoire abrégée de la mort de Jean Calas (début)

 

Le meurtre de Calas, commis dans Toulouse avec le glaive de la justice, le 9 mars 1762, est un des plus singuliers événements qui méritent l’attention de notre âge et de la postérité. On oublie bientôt cette foule de morts qui a péri dans des batailles sans nombre, non-seulement parce que c’est la fatalité inévitable de la guerre, mais parce que ceux qui meurent par le sort des armes pouvaient aussi donner la mort à leurs ennemis, et n’ont point péri sans se défendre. Là où le danger et l’avantage sont égaux, l’étonnement cesse, et la pitié même s’affaiblit ; mais si un père de famille innocent est livré aux mains de l’erreur, ou de la passion, ou du fanatisme ; si l’accusé n’a de défense que sa vertu : si les arbitres de sa vie n’ont à risquer en l’égorgeant que de se tromper ; s’ils peuvent tuer impunément par un arrêt, alors le cri public s’élève, chacun craint pour soi-même, on voit que personne n’est en sûreté de sa vie devant un tribunal érigé pour veiller sur la vie des citoyens, et toutes les voix se réunissent pour demander vengeance.

Voltaire, Traité sur la tolérance , chapitre I

Dans le Traité sur la tolérance Voltaire prend la défense de Calas, faussement accusé du meurtre de son fils et exécuté pour cette raison. Il dénonce à cette occasion la torture, la religion, le fanatisme dans des textes marquants, dont la célèbre « Prière à Dieu ». Calas a été réhabilité quelques années plus tard.

retour au menuRetour au menu

chevaux

Le 11 août 2014

L’heure du berger

 

La lune est rouge au brumeux horizon ;

Dans un brouillard qui danse, la prairie

S’endort fumeuse, et la grenouille crie

Par les joncs verts oû circule un frisson ;

 

Les fleurs des eaux referment leurs corolles,

Des peupliers profilent aux lointains,

Droits et serrés, leurs spectres incertains ;

Vers les buissons errent les lucioles ;

 

Les chats-huants s’éveillent, et sans bruit

Rament l’air noir avec leurs ailes lourdes,

Et le zénith s’emplit de lueurs sourdes.

Blanche, Vénus émerge, et c’est la Nuit.

Verlaine, Poèmes saturniens, « Paysages tristes »

Ce court poème de trois quatrains de décasyllabes évoque avec douceur le passage incertain entre les deux mondes que sont le jour et la nuit et l’apparition de la première étoile, celle du Berger, la planète de la déesse de l’amour.

retour au menuRetour au menu

fleuve

Le 4 août 2014

George Dandin (extrait)

 

Ah ! Qu’une femme Demoiselle est une étrange affaire, et que mon mariage est une leçon bien parlante à tous les paysans qui veulent s’élever au-dessus de leur condition, et s’allier, comme j’ai fait, à la maison d’un gentilhomme ! La noblesse de soi est bonne, c’est une chose considérable assurément ; mais elle est accompagnée de tant de mauvaises circonstances, qu’il est très bon de ne s’y point frotter. Je suis devenu là-dessus savant à mes dépens, et connais le style des nobles lorsqu’ils nous font, nous autres, entrer dans leur famille. L’alliance qu’ils font est petite avec nos personnes : c’est notre bien seul qu’ils épousent, et j’aurais bien mieux fait, tout riche que je suis, de m’allier en bonne et franche paysannerie, que de prendre une femme qui se tient au-dessus de moi, s’offense de porter mon nom, et pense qu’avec tout mon bien je n’ai pas assez acheté la qualité de son mari. George Dandin, George Dandin, vous avez fait une sottise la plus grande du monde. Ma maison m’est effroyable maintenant, et je n’y rentre point sans y trouver quelque chagrin.

Molière, George Dandin ou Le Mari confondu , acte I scène 1

La première scène de George Dandin présente le personnage principal à travers un monologue qu’il prononce : il s’agit d’un paysan ridicule et trompé dont le public a beau jeu de se moquer, même si la « morale » n’est pas sauve. À noter que Molière jouait ce personnage.

arches

Le 28 juillet 2014

Sonnet LXXXVIII

 

Qui choisira pour moi la racine d’Ulysse ?

Et qui me gardera de tomber au danger

Qu’une Circe en pourceau ne me puisse changer,

Pour être à tout jamais fait esclave du vice ?

 

Qui m’étreindra le doigt de l’anneau de Mélisse,

Pour me désenchanter comme un autre Roger ?

Et quel Mercure encor me fera déloger,

Pour ne perdre mon temps en l’amoureux service ?

 

Qui me fera passer sans écouter la voix

Et la feinte douceur des monstres d’Achelois ?

Qui chassera de moi ces Harpies friandes ?

 

Qui volera pour moi encore un coup aux cieux,

Pour rapporter mon sens et me rendre mes yeux ?

Et qui fera qu’en paix je mange mes viandes ?

Du Bellay, Les Regrets

Extrait des Regrets, ce sonnet, moins connu que le plus célèbre du poète, s’appuie également sur la figure mythologique d’Ulysse, à travers d’autres épisodes ou personnages  on y trouve aussi des allusions au Roland furieux de L’Arioste et à L’Énéide.

retour au menuRetour au menu

alstroemère

Le 21 juillet 2014

Arrias

 

Arrias a tout lu, a tout vu, il veut le persuader ainsi ; c’est un homme universel, et il se donne pour tel : il aime mieux mentir que de se taire ou de paraître ignorer quelque chose. On parle à la table d’un grand d’une cour du Nord : il prend la parole, et l’ôte à ceux qui allaient dire ce qu’ils en savent ; il s’oriente dans cette région lointaine comme s’il en était originaire ; il discourt des mœurs de cette cour, des femmes du pays, des ses lois et de ses coutumes ; il récite des historiettes qui y sont arrivées ; il les trouve plaisantes, et il en rit le premier jusqu’à éclater. Quelqu’un se hasarde de le contredire, et lui prouve nettement qu’il dit des choses qui ne sont pas vraies. Arrias ne se trouble point, prend feu au contraire contre l’interrupteur : « Je n’avance, lui dit-il, je raconte rien que je ne sache d’original : je l’ai appris de Sethon, ambassadeur de France dans cette cour, revenu à Paris depuis quelques jours, que je connais familièrement, que j’ai fort interrogé, et qui ne m’a caché aucune circonstance. » Il reprenait le fil de sa narration avec plus de confiance qu’il ne l’avait commencée, lorsque l’un des conviés lui dit : « C’est Sethon à qui vous parlez, lui-même, et qui arrive de son ambassade. »

La Bruyère, Les Caractères

Extrait des Caractères, ce portrait aussi efficace que rapide illustre la méthode adoptée par l’auteur : des propositions courtes, incisives, aucun détail inutile et une chute mémorable.

retour au menuRetour au menu

paysage

Le 14 juillet 2014

Le joujou du pauvre (extrait)

 

Sur une route, derrière la grille d’un vaste jardin, au bout duquel apparaissait la blancheur d’un joli château frappé par le soleil, se tenait un enfant beau et frais, habillé de ces vêtements de campagne si pleins de coquetterie.

Le luxe, l’insouciance et le spectacle habituel de la richesse, rendent ces enfants-là si jolis, qu’on les croirait faits d’une autre pâte que les enfants de la médiocrité ou de la pauvreté.

À côté de lui, gisait sur l’herbe un joujou splendide, aussi frais que son maître, verni, doré, vêtu d’une robe pourpre, et couvert de plumets et de verroteries. Mais l’enfant ne s’occupait pas de son joujou préféré, et voici ce qu’il regardait :

De l’autre côté de la grille, sur la route, entre les chardons et les orties, il y avait un autre enfant, sale, chétif, fuligineux, un de ces marmots-parias dont un œil impartial découvrirait la beauté, si, comme l’œil du connaisseur devine une peinture idéale sous un vernis de carrossier, il le nettoyait de la répugnante patine de la misère.

À travers ces barreaux symboliques séparant deux mondes, la grande route et le château, l’enfant pauvre montrait à l’enfant riche son propre joujou, que celui-ci examinait avidement comme un objet rare et inconnu. Or, ce joujou, que le petit souillon agaçait, agitait et secouait dans une boîte grillée, c’était un rat vivant ! Les parents, par économie sans doute, avaient tiré le joujou de la vie elle-même.

Et les deux enfants se riaient l’un à l’autre fraternellement, avec des dents d’une égale blancheur.

Baudelaire, Petits Poèmes en prose, « Le joujou du pauvre »

Extrait d’un des cinquante textes qui constituent le recueil Le Spleen de Paris, aussi appelé Petits Poèmes en prose, publié à titre posthume en 1869, ce texte est à la fois une fable, une nouvelle, un « poème en prose » et laisse une ravissante impression d’innocence et de fraîcheur.

retour au menuRetour au menu

oiseaux

Le 07 juillet 2014

Chantre

 

Et l’unique cordeau des trompettes marines

Apollinaire, Alcools

Le recueil Alcools est publié en 1913, mais est constitué de poèmes déjà imprimés les années précédentes dans des revues. Ce texte mystérieux est un alexandrin parfaitement équilibré.

retour au menuRetour au menu

papillon


retour Retour en haut de la page      retour Retour à la page d’accueil

Valid XHTML 1.0!      Valid CSS 2.0!