Tusculan

Latin  >  Civilisation

Da mi basia mille, deinde centum... (« Donne-moi mille baisers, puis cent... », Catulle, Poésies)

Nous sommes le jeudi 25 avril 2019. Il est exactement 08 h 18 en France métropolitaine.

Programmes Méthodes Langue Civilisation Bibliothèque Liens

Le nom des Romains

Les citoyens romains avaient trois noms, ce que l’on désigne habituellement sous l’appellation tria nomina (c’est-à-dire : les trois noms) :

  1. le praenomen, le prénom (prae- = avant), choisi (par les parents) parmi une liste (voir ici) relativement courte, établie par l’usage.
  2. le nomen, le nom [de famille], transmis par le père ; parmi les grandes familles romaines, on peut citer les Horaces (Horatius en latin, Horatii au pluriel), les Jules (Julius en latin, Julii au pluriel). On désigne ces familles sous le nom de gens (gentes au pluriel), par exemple la gens Julia.
  3. le cognomen, le surnom, donné à un individu pour une raison particulière (exploit, signe distinctif, etc) et transmis à la suite de la lignée ; il pouvait y avoir plusieurs surnoms (cognomina au pluriel) successifs. Par exemple, Cocles signifie « le Borgne », Calvus « le Chauve » ; le cognomen Africanus fut donné au général Scipion pour ses victoires en Afrique, et son frère fut surnommé Asiaticus pour des raisons similaires. Ce cognomen pouvait aussi désigner une branche particulière d’une famille : ainsi les Scipions (Scipio en latin, Scipiones au pluriel) appartiennent à la famille Cornelius ou gens Cornelia. Un cognomen pouvait aussi rappeler le nom de la famille d’origine d’un citoyen adopté : ainsi Scipion Émilien porte le cognomen Æmilianus, puisque membre de la gens Æmilia, il fut adopté par un Scipion.

Par exemple, Jules César s’appelait en réalité Caius Julius Caesar : son prénom était Caius, il appartenait à la gens Julia (son nom de famille en quelque sorte), son cognomen était Caesar, une branche de la gens Julia ; autres exemples, le poète Virgile avait comme nom complet Publius Vergilius Maro, Cicéron se nommait Marcus Tullius Cicero et son frère (avec lequel il entretint une correspondance régulière dont nous avons gardé la trace) Quintus Tullius Cicero.
On peut remarquer que la transcription des noms latins n’est pas uniforme : Virgile est un nom de famille, Cicéron un surnom ; par ailleurs, le nom de l’historien Tite-Live reproduit son nom complet (Titus Livius en latin – nous ne connaissons pas son cognomen), lui que les anglophones appellent Livy !

Les femmes romaines n’avaient pas à proprement parler de prénoms choisis dans une « liste » : on utilisait la forme féminine du nomen de leur père, parfois accompagnée du cognomen (la fille de Marcus Tullius Cicero s’appelait Tullia, celle de Publius Cornelius Scipio Africanus (Scipion l’Africain), Cornelia Africana).

Les esclaves, hommes ou femmes, avaient un seul nom, sorte de prénom ou surnom, correspondant parfois à leur origine (par exemple, Syrus ou Geta s’il venait de Syrie ou du pays des Gètes, on bien encore Thessala pour une esclave de Thessalie). Ce nom devenait, en cas d’affranchissement, un véritable cognomen auquel ils pouvaient adjoindre les praenomen et nomen de leur ancien maître, comme le nom du dramaturge comique Térence, ancien esclave dit-on, appelé Publius Terentius Afer, d’après le nom de son ancien maître, Terentius Lucanus (son cognomen Afer rappelle son origine africaine).

 

Revenir à la page sur la vie quotidienne à Rome


retour Retour en haut de la page      retour Retour à la page d’accueil

Valid XHTML 1.0!      Valid CSS 2!