Tusculan

Latin  >  Programmes

Felix qui potuit rerum cognoscere causas... (« Heureux celui qui a pu connaître les causes des choses », Virgile, Les Géorgiques)

Programmes Méthodes Langue Civilisation Bibliothèque Liens

Les programmes de latin des classes de lycée en France

  1. Le programme de Seconde
  2. Le programme de Première
  3. Le programme de Terminale

Une première remarque : on trouve l’appellation « langues et cultures de l’Antiquité », qui correspond bien à l’enseignenement du latin ou du grec ancien.

Une seconde remarque sur les horaires : quelle que soit la classe, les élèves ont, selon les textes officiels, trois heures de latin par semaine (en dehors de situations particulières – il arrive que certains établissements choisissent d’accorder moins d’heures au latin, en dépit de ces directives officielles). Il est à noter que le latin, comme le grec, peut être choisi comme enseignement d’exploration ou comme option, avec trois heures hebdomadaires dans les deux cas.

Les instructions officielles, concernant les trois niveaux, communes au latin et au grec, se trouvent, par exemple, sur cette page.

Le programme de Seconde

Les objectifs de l’étude du grec et du latin sont communs, et les méthodes peuvent être semblables. Ce qui différenciera les deux sera bien sûr le contenu culturel, littéraire et linguistique, même si certains thèmes, comme la mythologie, trouvent des échos dans les civilisations romaine et grecque. Trois directions se dégagent de l’enseignement du latin en lycée :

L’ordre dans lequel j’ai placé ces trois catégories ne donnent aucune indication de priorité, car celle-ci varie selon les niveaux, la grammaire étant plus importante en Seconde, car il faut la réviser et l’approfondir, alors qu’en Terminale, la littérature et les textes occupent une place essentielle à cause des épreuves du baccalauréat. Celles-ci se préparent dès la Seconde par l’apprentissage de méthodes, notamment celle de la version ! Que l’on se rassure cependant, les textes sont encore brefs en Seconde...

Le travail est organisé en séquences, comme dans d’autres matières, tel le français. Cette comparaison n’est pas anodine, car les commentaires des textes latins proposés en classe s’inspirent des méthodes de français. Ces textes sont commentés, mais aussi traduits, et les élèves sont amenés à en découvrir toutes la richesse lexicale, stylistique et culturelle. Un autre support peut servir de base d’analyse, ce sont les textes traduits (donc étudiés en français qui permettent des lectures plus longues. Enfin, ces textes sont aussi matière à aborder la civilisation, que l’on peut aussi traiter sous forme d’exposés.

Pour finir, voici les trois entrées du programme de Seconde ; comme pour le français, elles peuvent être abordées partiellement dans plusieurs séquences et ne consituent qu’un cadre ; par ailleurs, suivant le niveau des élèves, les professeurs sont souvent amenés à faire acquérir la langue, ce qui nuit aux autres parties du programme, et bouleverse l’idée même de séquence ; enfin, je ne citerai pas les instructions concernant l’apprentissage du vocabulaire et de la langue, tant le niveau des élèves peut faire varier les attentes :

  1. L’homme romain : le citoyen, l’esclave, l’affranchi ; la famille ; les pratiques religieuses  : des rappels et compléments sur des faits de civilisation et de vie quotidienne déjà abordés au collège, en partie reliés au programme d’histoire ;
  2. Le monde romain – Mare nostrum : les grandes étapes de la conquête ; les grandes reines de la Méditerranée : ces thèmes s’intéressent à l’expansion romaine autour de la Méditerranée (appelée alors Mare Nostrum, littéralement « Notre Mer ») et à des personnages mythiques ou historiques comme Didon ou Cléopâtre ;
  3. Figures héroïques et mythologiques : des histoires légendaires : Énée, Romulus, Horatius Coclès... aux légendes historiques : Hannibal, Alexandre, César : une occasion de s’intéresser aux mythes tant appréciés des élèves et de leurs rapports avec le genre historique à travers les récits d’historiens abordables, comme César ou Tite-Live ou de poètes classiques comme Virgile.

Le programme de Première

Rappel : les instructions officielles, concernant les trois niveaux, se trouvent, par exemple, sur cette page.

Ces instructions sont donc semblables ! Les changements concernent les entrées que je vais détailler ci-dessous, et, comme on se rapproche de la Terminale, les objectifs seront davantage orientés vers l’acquisition des méthodes (version, commentaire, traduction) ; moins de grammaire, même s’il est nécessaire de revoir (ou de voir) certains points – et la grammaire latine demande de la rigueur dans l’apprentissage – des textes plus longs et plus difficiles. Les entrées du programme sont donc les suivantes :

  1. Récits et témoignages : formes narratives et romanesques ; lettres et épigrammes : deux orientations, la fiction, peu répandue dans ce que nous appelons aujourd’hui le roman, et d’autre part, une écriture plus légère (intimiste ou publique avec la correspondance de Cicéron et de Pline le Jeune, voire satirique) ;
  2. La rhétorique – l’orateur et la puissance de la parole : apprentissage de la rhétorique ; parole et liberté grands orateurs : genre primordial, la rhétorique, l’art de (bien) parler est un pilier de la vie politique romaine et du monde judiciaire qui sont intrinsèquement liés ; Cicéron, l’orateur par excellence, est un auteur incontournable ;
  3. Le théâtre : texte et représentation : les registres comiques et tragiques de ce genre littéraire ; l’intitulé est semblable à celui du programme de français du même niveau, ce qui permet des rapprochements fructueux ;
  4. La poésie – amour et amours : désir et séduction ; passions et tourments ; amour et harmonie ; passions fatales : la poésie amoureuse abordée sous ses différents aspects par Virgile, Ovide et les autres poètes lyriques ou élégiaques.

Le programme de Terminale

Rappel : les instructions officielles, concernant les trois niveaux, se trouvent, par exemple, sur cette page.

L’objectif essentiel de la terminale est de préparer aux épreuves du baccalauréat, écrites pour certains, orales pour d’autres. Pour cela, les professeurs sont amenés à faire travailler leurs élèves en séquences (au moins trois, selon les textes officiels), au cours desquelles seront traduits et commentés des textes littéraires, inscrits dans une problématique ou une thématique précise. Ce travail, assez rigoureux, puisqu’il prépare à l’épreuve orale, s’accompagne de lectures cursives de textes traduits et d’activités visant à faire acquérir des connaissances sur la culture et la civilisation latine – malheureusement cela peut parfois prendre la forme de cours magistraux, notamment si le temps est compté (certains candidats doivent passer leurs épreuves orales début mai !).

Le programme de latin des classes de Terminale comprend ainsi quatre entrées qui sont les suivantes :

  1. Interrogations philosophiques : choix de vie, construction de soi ; épicurisme et stoïcisme  : une entrée qui permet d’aborder le genre du dialogue, de la lettre ou du traité, avec des textes philosophiques (l’épicurisme de Lucrèce, le stoïcisme de Sénèque, et les nombreux écrits de Cicéron), mais aussi le fonctionnement de la cité, notamment l’importance accordée aux discours et surtout la morale et la sagesse individuelles.
  2. Interrogations scientifiques : sciences de la vie ; astronomie : ce thème invite à considérer le regard porté sur le monde par les Romains, leur explication de celui-ci à travers notamment quelques textes techniques, médicaux, mais aussi encyclopédiques ;
  3. Interrogations politiques : idéaux et réalités politiques ; la notion de décadence : le mythe de l’äge d’or et l’idéalisation du passé ; mutations culturelles et religieuses : il s’agit ici notamment de comprendre le regard des Romains sur le gouvernement de leur cité, et sur leur passé que certains idéalisaient et regrettaient, jusqu’à souhaiter le retour de l’antique Âge d’or, notamment à une époque où il leur semblait que les valeurs ancestrales n’étaient plus respectées ;
  4. Une œuvre au programme : cette partie du programme est obligatoire et consiste en l’étude d’un texte complet (une pièce de théâtre, un recueil poétique, par exemple) ; cette œuvre est lue et analysée par les élèves, et sert de réservoir de textes pour l’épreuve orale du baccalauréat – les candidats passant l’écrit sont aussi interrogé sur cette œuvre. Celle-ci reste au programme pendant deux ans : il s’agissait, en 2009-10 et 2010-11 de L’Art d’aimer d’Ovide, en 2011-12 et 2012-13 des Bucoliques de Virgile ; en 2013-14 et 2014-15, ce sera le Néron de Suétone (extrait de La Vie des douze Césars).

Les épreuves de latin au baccalauréat concernent les élèves des séries générales (L/ES/S). Les trois filières peuvent passer l’épreuve orale dans le cadre d’une option facultative, coefficientée 3 – rappelons que seuls comptent dans la note les points au-dessus de la moyenne qui s’ajoutent au total des points obtenus dans les autres matières : par exemple, un candidat qui obtient la note de 15/20, ce qui est loin d’être rare, aura donc à son actif 15 points supplémentaires, soit (15 – 10) × 3. Quant à l’épreuve écrite, elle est réservée aux candidats de TL qui peuvent choisir le latin comme option de spécialité, le coefficient étant alors de 4, mais ce n’est plus une option facultative (épreuve obligatoire donc), et tous les points comptent, comme pour n’importe quelle matière – on peut donc en perdre !

Les modalités de ces épreuves sont présentées dans la partie « Méthodes ».


retour Retour en haut de la page      retour Retour à la page d’accueil

Valid XHTML 1.0!      Valid CSS 2!